LeWeb3 : technology’s impact on corporate culture

Suite de mes brouillons sur LeWeb3

Information, communication, ecommerce, community

1 milliard de requêtes google par jour
80 milliards email et IM par jour

innovation is the industrial engine of the 21st century

Chez google, l’innovation en 3 points :
– collaboration
– culture
– vitesse

Cultural innovation : 70/80% des nouveaux produits ne fonctionnent pas car on n’essaie pas de comprendre les besoins des utilisateurs

« big will not beat small anymmore. It will be fast beating slow » Rupert Murdoch
lancer un produit tout de suite dès qu’on ressent un besoin client, puis l’adapter par la suite avec les feedbacks clients. car ce sont eux qui peuvent donner les meilleurs feedbacks.

NDLR : c’est justement le discours qu’on essaie de faire passer modestement en tant qu’agence. Sur le web, il ne faut pas d’études de marché et passer des mois à creuser des projets en long en large et en travers. Une fois qu’on a l’idée, il faut lancer le plus rapidement possible… et se tromper. Puis recommencer. C’est ça le web, rien d’autre que ça. Trompez vous, mais trompez vous maintenant, au lieu de trop réfléchir sans rien faire.

put the customer first
recognize that most customers don’t speak english

Technorati Tags: , , , , ,

Darty, ils ont tout compris au multicanal

Image 3-3

On parle tout le temps de multicanal, mais rares sont les enseignes à savoir intégrer de façon intelligente ces problématiques pour répondre efficacement aux attentes des clients.

Darty fait partie de ceux là. Le site permet d’acheter en ligne et de venir retirer son achat en magasin, après avoir été prévenu par SMS et email. Regardez cette page, elle explique le fonctionnement du service.

Technorati Tags: ,

Dans la série des “Que devient” je voudrais…

Patrice Cassard (monsieur Lafraise, revendue l’année depuis l’époque de gloire)

En ce moment c’est teasing sur son prochain projet, dur dur de deviner. J’aime bien le commentaire n°31 qui m’a fait marrer, mais je pense qu’on s’éloigne du sujet.

Technorati Tags: ,

Contre la loi Chatel ?

Je ne suis pas trop l’actu en ce moment, je n’étais pas au courant de cette loi. Jérémie nous explique pourquoi elle est néfaste pour le e-commerce et je suis d’accord avec ses conclusions.

Et si on reparlait de E-commerce ?

On parle beaucoup de web 2.0 dans la blogosphère, ce n’est pas nouveau. Voir ce terme de plus en plus repris à tort et à travers dans les médias traditionnels a tendance à me fatiguer, c’est pourquoi j’ai envie de revenir au web 1.0 de temps à autre. Je pense au e-commerce, que l’on oublie facilement mais qui pourtant est fortement générateur de valeur, avec des bénéfices bel et bien réels, ce qui n’est pas toujours le cas dans le web 2.0, y compris chez les entreprises qui font la couverture des journaux.

Si vous connaissez de bons blogs e-commerce, n’hésitez pas à les mettre en commentaire, je ferai une note pour les publier.

Vendido : vendez tous vos objets sur Internet!

J’ai pu il y a quelques temps visiter l’entrepôt de Vendido, le nouveau service lancé par Thibaut Bayart et ses associés. J’ai connu l’ami Thibaut par blogs interposés, un peu par hasard et me suis rendu compte après coup qu’on a fait la même école.

Vendido c’est un service qui a tout pour rencontrer le succès : il est simple à comprendre, apporte une réelle valeur ajoutée, se positionne sur un marché avec encore peu d’acteurs en France et dispose d’un énorme potentiel de croissance.

En deux mots, Vendido vend à votre place vos objets sur les sites comme Ebay, Priceminister… et prend en charge 100% du processus : photo, descriptif du produit, mise en ligne de l’annonce, réponse aux questions des acheteurs, emballage et poste.

Si vous avez déjà vendu des objets sur Ebay entre autres, vous connaissez le temps nécessaire pour vendre un objet, sans parler des horaires d’ouverture de la Poste et j’en passe. Vendido fait partie de cette vague de nouveaux services qui permettent de sous-traiter complètement les corvées du quotidien.
Et comme je ne suis pas pingre avec mes lecteurs, je vous livre en prime l’interview avec Thibaut!

Pourquoi le nom Vendido ?

Vendido ! C’est musical et ca signifie « Vendu » en Espagnol

Quel est le concept de Vendido ?

Nous sommes vendeurs assistants pour eBay. Le constat que nous avons fait, c’est que vendre sur eBay c’est très efficace mais c’est un métier : prendre des photos, rédiger les annonces, faire le suivi des ventes, recevoir le paiement, et sans parler de l’emballage et de l’expédition des produits ! Chez Vendido ( www.vendido.fr) nous faisons tout ça à la place de nos clients. Notre première activité consiste à accueillir nos clients dans un dépôt physique (notre premier est situé dans la métropole lilloise), ils nous déposent les produits qu’ils souhaitent vendre (chaque foyer français a plusieurs centaines d’euros de produits inutiles dans son grenier ou dans son garage, ces produits retrouvent un deuxième vie sur eBay) et nous les vendons pour eux. Rien de plus compliqué. Nous nous rémunérons en prenant une commission sur les ventes.

Nous proposons également nos services aux professionnels qui souhaitent destocker des produits invendus, des produits dépassés… C’est une opportunité intéressante pour eux de pouvoir confier leur invendus à un spécialiste qui optimise l’écoulement de leurs produits habituellement sacrifiés à des soldeurs !

C’est un concept assez récent qui paraît très simple mais c’est un métier qui est extrêment complet puisqu’il s’agit d’être à la fois commerçant de proximité, vendeur à distance, logisticien…

Comment t’es venue l’idée de monter ta boîte ? Tu étais un gros vendeur sur ebay ?

Nous sommes 3 associés à avoir démarré Vendido, Eric Noé, Romain Bayart et moi même et ça fait longtemps que nous regardions le phénomène eBay. Etrangement je n’étais pas spécialement gros vendeur eBay à la base mais juste vendeur occasionnel. Je trouvais que c’était justement assez compliqué de vendre et surtout que ça prenait un temps fou ! Avec mes associés, nous avons surtout repéré ce nouveau métier émergent aux Etats-Unis où le business des « drop off stores eBay  » a littéralement explosé avec des enseignes comme I Sold It. Ce métier inspire également d’autres jeunes entrepreneurs français notamment grâce à Laurent Edel de GoodFutur, qui aide à repérer les NIB (Nouvelles idées de business) qu’il a pu découvrir ailleurs dans le monde.

Comment tu vois Vendido dans 5 ans ?

Chez Vendido, nous pensons effectivement qu’eBay et plus généralement le C to C vont continuer à exploser dans les prochaines années. Nous renouvelons les produits que nous consommons de plus en plus vite. C’est un peu le « IKEA Lifestyle », avant tu t’équipais avec du mobilier pour la vie, aujourd’hui tu en changes tous les deux ans. Nous pensons que ces phénomènes se généralisent dans beaucoup d’autres familles de produits (téléphonie mobile, équipement de la maison, …) Il faut donc des solutions simples et efficaces pour remettre en vente un produit dont nous n’avons plus besoin, Vendido se propose d’en être une.

Aussi nous souhaitons développer notre présence partout où l’on nous accueillera ! Peut être par la franchise ou sous d’autres formes encore à l’étude…

L’objet le plus original que tu ai eu à vendre ?

Une belle mère ! Je précise qu’on a refusé de la mettre en vente, même aux enchères. (NDLR : il ne s’agit pas de ma belle-mère, je tiens à le préciser)

Ah si on ne peux plus rigoler ;-)

Alors là c’est difficile de répondre, je dirais rien de vraiment hors du commun mais ce qui est frappant surtout c’est la diversité des objets que l’on nous confie à vendre (des pièces d’automobiles de collection, une baignoire, un abri de jardin, des foulards Hermès…)

Bientôt dans Techcrunch ?

Dans Techcrunch je suis pas sûr que nous soyons le business le plus 2.0 du moment. Je nous vois plus sur BFM ou dans Capital ;-) Nous avons eu de bons articles dans la presse locale, ce qui nous fait connaître sur notre zone de chalandise et ça c’est très important pour nous…

Pour ta stratégie de communication : bouche à oreille, marketing « classique » ou les deux ? Peux-tu nous en dire plus ?

Pour se faire connaître et bien je dirai plus que nous utilisons des canaux traditionnels (presse, publicité offline….) Nous sommes un concept vraiment click and mortar et cherchons à attirer des clients qui ne sont pas forcément des internautes…

Merci Thibaut pour tes réponses!


Final vendido
Uploaded by tbayart

Quelques photos de Vendido

La vidéo de Vendido

Technorati Tags: , ,

Photoways et ses newsletters

Je suis un lecteur inconditionnel du blog de Michel de Guilhermier, une des références des blogs français en termes de réflexions sur les stratégies e-commerce, sur la relation client etc. A noter que c’est aussi un des finalement assez rares blogs de patrons d’entreprise.

En revanche, je trouve un gros contraste entre le discours du patron sur la personnalisation de la relation avec le client et ce que je peux lire dans les nombreuses newsletters et relance que je reçois en permanence de Photoways dans ma boîte mail. Alors bien sur, avant de recevoir un flot de commentaires critiques, je précise que je suis tout à fait au courant de son départ de Photoways, et je réponds d’une part que ce n’est pas une attaque personnelle et que mes observations sur les newsletters étaient aussi valables lorsqu’il tenait les rênes de l’entreprise.

Michel nous parle quotidiennement de l’importance d’accorder une priorité absolue au service et à la satisfaction du consommateur. D’ailleurs je précise que je n’ai rien eu à redire lorsque j’ai passé une commande de tirages il y a quelques temps. En revanche, je trouve que cette politique clairement orientée sur la qualité du service ne transparaît pas dans le discours de la marque au travers de ses newsletters. Je pense qu’on est plutôt proche des pratiques de la grande distribution, et pas encore assez proche des possibilités offertes par le web en termes de relation client.

Voici ce qui me vient à l’esprit lorsque je consulte ma boîte mail et vois l’entassement de newsletters Photoways, que j’ouvre de moins en moins.

Je n’ai sans doute pas suffisamment passé de commandes (une seule je l’avoue) pour rentrer dans un process de fidélisation, mais je serais curieux de connaître les différents scénarios de relance selon que l’on soit prospect, client, régulier ou non.

Je sais que ce n’est pas parfait non plus, mais chez houra, nous avions une segmentation extrêmement fine de la base de données prospects/clients et j’avais des tonnes de critères me permettant de délivrer le bon message au bon client. D’abord c’était un impératif géographique (tous les départements n’étaient pas forcément livrés, et les créneaux horaires et frais de livraison variaient selon les zones), mais cela nous a entraîné à fine tuner (comme dit Michel) les messages pour les adapter aux zones mais aussi aux types de client. Afin de le pas les submerger de messages, et aussi d’adapter le message s’ils avaient ou non passé commande récemment.

Nous utilisions le magnifique outil qu’est Neolane et que tout marketeur qui se respecte se doit d’utiliser dès lors que l’on parle de newsletter segmentée. Il était possible de paramétrer des dizaines de scénarios, mais aussi de faire des extractions de la base au pied levé en quelques minutes. Très pratique pour cibler les acheteurs de telle marque de produits bios, ou encore les gros consommateurs de vin pour leur annonceur l’ouverture de la foire au vin en avant première. Autre utilité et non des moindres : communiquer de façon précise auprès des acheteurs de telle référence, à l’occasion d’un rappel par exemple.
En définitive, je suis tout à fait en phase avec les pensées de Michel, qui tirent davantage parti des stratégies des retailers que de celles des pure players. Tout à fait d’accord sur le fait qu’il faille rentabiliser les actions de communications et que « cash is king« . Cependant je trouve dommage que les possibilités du web ne soient pas mieux mises au service d’un produit si qualitatif. Et pourtant, une stratégie de newsletters ciblées n’engendre pas spécialement des coûts plus importants ; c’est d’ailleurs ce qui est le plus payant sur le long terme. Il y a de grosses opportunités à saisir avec les newsletters et je pense que Photoways fait partie de ceux qui ont une marge de progression.

Gageons que l’aventure Inspirational Stores nous permettra de changer d’avis et sera un cas d’école d’une relation client personnalisée, efficace et génératrice de cash. Je n’en doute pas une seule seconde!

Technorati Tags: , , , ,

Apple devient le 3ème marchand de musique en ligne aux USA

Bravo à Apple, qui a su se reconvertir à la vitesse de l’éclair, pour devenir en très peu de temps le troisième plus gros vendeur de musique en ligne. Une nouvelle qui tombe à point nommé avec la sortie de l’iphone cette semaine aux US.

 

Technorati tags: , , ,

Les ordinateurs Dell bientôt en magasin ?

Peu après son retour aux commandes de l’entreprise, Michael Dell a laissé entendre dans un mail envoyé aux 80 000 employés du groupe que « le modèle direct a été une révolution, mais ce n’est pas une religion ». En effet, il faut savoir que les ordinateurs Dell ne sont pas distribués dans le commerce, on ne peut les acheter que sur catalogue ou sur Internet. Modèle génial à la base, car il permet de ne construire qu’à la demande, et de fournir des PC quasi sur mesure.

Pour autant, ce modèle a quelques inconvénients : quand on achète un ordinateur, même à distance, on aime bien le voir « en vrai » avant. Contrairement à ce qu’on a longtemps dit depuis l’essor du e-commerce, il y a une complémentarité entre online et offline : les personnes qui achètent sur Internet se rendent en général d’abord dans un point de vente physique, soit pour voir le produit, soit pour demander conseil. Il y a aussi l’inverse : certains scrutent les forums pour glaner toutes les infos sur un produit (en évitant la subjectivité des vendeurs en magasin) et se rendent en magasin pour l’acheter, car ne veulent pas attendre plusieurs jours pour recevoir le produit.

Dell passe donc à côté d’un potentiel de ventes non négligeable. D’autant plus que les produits de la marque ont plutôt un design au-dessus de la moyenne. La marque aurait tout à gagner à présenter ses produits dans les linéaires. Dell est largement absent du marché grand public.

Il sera intéressant de voir si le géant de l’informatique va ou non opérer ce virage et comment cela va se passer. Il y aura sans doute moins de choix dans les points de vente : plusieurs modèles certes, mais pas autant de possibilités de personnalisation. On peut aussi se dire que Dell va chercher à nouer des partenariats avec quelques enseignes précises, voire ouvrir des stores comme le fait Apple partout dans le monde. Pour le moment, Dell a ouvert près de 200 kiosques de démonstration aux USA.

Tous les articles qui en parlent sur Wikio.

Intégrer une boutique Zlio dans une page WordPress

WordPress permet d’écrire des « pages », elles apparaissent sous forme d’onglets sur le blog. Quelqu’un sait s’il est possible d’intégrer une boutique Zlio ou alors les produits un à un dans une page wordpress ? Peut-être avec un plugin spécifique ?

← Previous PageNext Page →