Apple Ultraportable : I made a dream…

Je suis persuadé que si un ultraportable est annoncé le 15 janvier par mister Steve (et si c’est le cas je serai le premier client), cela va contribuer à faire bouger tout le monde sur ce marché et cela va braquer les projecteurs des médias sur les concepts d’ultra mobilité, de frontière entre besoins personnels et professionnels, de connectivité permanente etc…

En effet comme j’ai pu en parler ici, l’avenir me semble être à des machines très mobiles, compactes et à forte autonomie, qui seront utilisées conjointement avec un gros disque dur faisant office de serveur familial. Nous n’avons pas besoin de nous balader avec des ordinateurs gros et lourds, la plupart du temps nos fichiers ne sont pas tous utiles en déplacement. Ce dont nous avons besoin, ce sont de machines rapides, qui tiennent une grosse journée en batterie, avec un clavier digne de ce nom, une réactivité sans pareille.

Si j’étais à la place de Steve, je ferai un peu comme l’iphone : je proposerais l’appareil avec une sorte de dock incluant les éléments suivants : lecteur optique (DVD ou Blueray), multiples prises USB, connectique pour écran LCD, voire un disque dur intégré. Pourquoi ne pas imaginer également des offres packagées ordinateur + dock + disque dur + écran ? Ce ne serait que logique.

Il faudrait aussi intégrer un backup automatique (via Time Machine?), pour synchroniser les fichiers se trouvant sur le portable avec le disque dur de la maison. D’ailleurs il y a fort à parier que cette synchronisation pourrait, comme pour l’iphone et l’ipod, se passer via itunes, dans lequel on pourrait cocher des dossiers (qui fonctionneraient comme des playlists), et toutes les modifications d’un côté ou de l’autre seraient répercutées. Je me prends à rêver d’un système comme cela, ce serait trop beau pour être vrai. De plus, ce serait une vraie killer application pour le monde de l’entreprise, et un vrai argument choc pour les séduire.

Apple a toutes les cartes en mains pour devenir le « Blackberry du portable », toutes les cartes en mains pour proposer des produits incontournables, et et intégrer le marché des entreprises, marché au potentiel énorme.

Technorati Tags:

Dans la série des “Que devient” je voudrais…

Patrice Cassard (monsieur Lafraise, revendue l’année depuis l’époque de gloire)

En ce moment c’est teasing sur son prochain projet, dur dur de deviner. J’aime bien le commentaire n°31 qui m’a fait marrer, mais je pense qu’on s’éloigne du sujet.

Technorati Tags: ,

Que nous réserve Orange avec l’iPhone ?

Tout le monde parlait de ce secret de polichinelle qui était de connaître le nom de l’opérateur exclusif pour la France. Ok on le sait, ce sera Orange.

Pourtant l’essentiel reste encore inconnu : quels seront les services associés ? Y aura-t-il un forfait dédié ? Est-ce que la data sera illimitée, ou au moins pour les mails ?

De plus, on ne connaît pas encore le prix pour ceux qui sont déjà clients Orange. Si l’on garde la logique des offres actuelles, le téléphone coûtera plus cher en renouvellement qu’en pack nouveau client. Si oui, est-ce que cela veut dire que le prix de référence sera les 999€ annoncés et que les points fidélité seront déduis à partir de cette somme ? Si oui, Orange serait bien mesquin avec ses propres clients et les inciterait fortement à aller voir du côté des iPhone américains.

Parlons-en d’ailleurs des iPhone débridés. Est-ce qu’Orange pourra les détecter et ne pas permettre l’accès aux éventuels services ou forfaits dédiés ?

Bref, il reste pas mal de questions en suspend et je ne suis pas sûr qu’on puisse en savoir beaucoup plus avant le 29 novembre…

Technorati Tags: ,

Controverse autour de l’opération de recrutement de la BNP dans Second Life + un blog "démasqué"

Je vous ai parlé il y a quelques jours du blog d’Andrea Media, qui organise des évènements pour les marques dans Second Life et qui est aussi une régie axée sur l’art de vivre et le luxe.

Laurent commence fort et lance la controverse à propos de la BNP et de son opé de recrutement. Il a essayé de s’inscrire et il apparaît qu’il y a en fait une sélection : les sessions de recrutement ne sont pas ouvertes à tous, alors que ce n’est pas précisé sur le site de l’opération. La conclusion de Laurent est que cette opé est seulement un coup de pub.

Là dessus, Fred Cavazza cite Laurent et parle d' »effet d’annonce » et conclut que cette opé pourrait faire un cas d’école de buzz qui se retourne contre la marque, en référence au blog de Vichy.

Laurent reçoit quelques minutes plus tard un mail d’Alain Gioanni, qui s’occupe de ce projet, et qui défend sa version. Un peu plus tard, on peut lire ce post sur le blog SL master, où le fameux Alain s’explique. Le plus fort, c’est que SL master n’était pas du tout identifié comme un blog écrit par une personne de la BNP avant que Laurent n’en parle. En effet, quand on se rend sur la page « Qui sommes nous?« , on peut simplement lire qu’Alain Gioanni est directeur de projet et rédacteur en chef du site, aucune mention de la BNP. Or, dans son post explicatif, l’ami Alain laisse sa signature et on voit qu’il travaille dans le département Internet et Nouvelles technologies de BNP.

Enfin bref, sans vouloir prendre parti, c’est une situation assez marrante.

 

Technorati tags: , , ,

A quand l’ultraportable Apple ?

Une rumeur sur la sortie d’un ultraportable Apple revient souvent, et je dois dire que je suis de ceux qui suivent cela de près. Je n’ai jamais compris la tendance des portables avec des écrans énormes, à savoir 17 pouces et plus.

Pour moi, l’ordinateur de demain aura les caractéristiques suivantes :

– ultraléger

– écran 11 ou 12 pouces

– clavier de bonne qualité

– pas de lecteur optique (pas de CD ni de DVD). Qui s’en sert encore aujourd’hui ?

– pas de disque dur, uniquement de la mémoire flash

Si les rumeurs sont fondées, la machine d’Apple devrait s’approcher de cela.

Et s’ils veulent aller plus loin sur le plan marketing, je pense qu’ils devraient proposer cette machine en pack avec :

– un écran large LCD

– un « dock » pour la recharge, la connectique etc (comme le fait Dell ou Sony pour ses 11 pouces)

– un ensemble clavier/souris

– mais aussi l’Airport Extreme.

En effet, je pense qu’avoir un gros disque dur sur une machine portable n’est pas utile. A l’avenir, il y aura une énorme capacité de stockage qui restera fixe, et qui sera accessible en permanence. La prochaine fonera (le routeur wifi de Fon) promet notamment de pouvoir brancher un disque dur standard en USB et de pouvoir accéder à celui-ci de n’importe où dans le monde.

Et cet ultraportable, il sort quand ? Les dernières infos parlent de début 2008. Wait and see.

Technorati tags: , , ,

Des pirates virtuels veulent acheter une île bien réelle !

Je rebondis sur ma note précédente, concernant les DRM.

On apprend que pour faire face aux poursuites judiciaires toujours plus menaçantes, un site de P2P étudie sérieusement la possibilité de racheter un pays pour échapper à ces poursuites : la principauté de Sealand ! Ce pays, c’est en fait une île de 550m2, autoproclamée comme un pays, mais pas reconnu à l’ONU.

Je trouve ça incroyable, et vraiment bien vu !

L’article ici

La DGCCRF et les comparateurs de prix, la transparence mise en doute

La nouvelle se répand dans les médias depuis quelques jours : les comparateurs de prix ne seraient pas forcément loyaux et transparents envers les consommateurs. La DGCCRF serait en train de mener une enquête pour tirer au clair les points suivants : « apprécier la loyauté de l’information des consommateurs, l’indépendance des opérateurs vis-à-vis des sites comparés et le mode de rémunération de leurs services ».

En réalité, rien de nouveau sous le soleil, les comparateurs de prix ont pour objectif de générer du cash et mettent en avant les marchands qui ont le plus gros portefeuille. Dans le e-commerce, tout le monde sait comment ça fonctionne.

Le problème est que les consommateurs ne sont pas au courant du business model derrière l’écran. Et c’est là que la DGCCRF pourrait avoir quelque chose à redire : les comparateurs de prix abusent en quelques sorte de la crédulité des cyber acheteurs, et ce de plusieurs façons. D’abord, les consommateurs ne savent pas forcément que les sites marchands paient pour voir leurs produits figurer dans les résultats de recherche.

Deuxio, le client internet lambda est surement loin de s’imaginer que les marchands ne sont pas tous présents dans les comparateurs de prix (ou shopbots), même si les accroches marketing des uns et des autres tendent à le faire croire.

Troisième écueil : pour un produit donné, les résultats ne classent pas forcément les marchands par ordre de prix. Il faut savoir que le business model est proche de celui utilisé sur les moteurs de recherche pour les liens sponsorisés : le CPC (Coût Par Clic). En clair, ce sont des enchères. C’est l’annonceur qui est prêt à payer le CPC le plus élevé qui apparaît en premier dans la liste des résultats.

En définitive, les comparateurs de prix sont totalement dépendants des marchands, leur intérêt n’est pas d’être transparent, il est de générer un maximum de leads pour les marchands, c’est-à-dire du business.

Pour vous en rendre compte, il suffit de consulter par exemple cette page de résultats sur Kelkoo pour un appareil photo. Vous voyez que le premier résultat n’est pas du tout le moins cher. Par exemple, le marchand le moins cher sur ce produit est ATK discount. Ce site est le plus intéressant d’un point de vue cyberacheteur. Mais comme il ne semble pas disposer de budgets marketing importants, il n’apparaît pas en haut de liste. C’est Dell qui occupe cette place.

C’est donc une relation d’interdépendance qui s’est petit à petit instaurée entre les cybermarchands et les comparateurs de prix. Les premiers ont besoin de Kelkoo and co pour gagner en crédibilité auprès des consommateurs et faire connaître leurs meilleures offres. Et les comparateurs de prix ne peuvent vivre sinon en instaurant une concurrence entre les cybermarchands et en tirant parti de l’essor du e-commerce auprès du consommateur moyen. En effet, peu de sites marchands peuvent se permettre de ne pas figurer décemment dans les résultats des comparateurs de prix.

 

Qu’en est-il du côté de Twenga :

Chez Twenga, le référencement des sites est complètement gratuit. Twenga est indépendant des marchands en matière de classement sur les prix : aucun site ne peut artificiellement améliorer sa position dans les classements par prix. Aucun site ne voit sa mise en avant favorisée moyennant facturation.

Le business model de Twenga est clair : il s’appuie sur la publicité. Les sites marchands peuvent acheter des espaces publicitaires au sein des listes de résultats, comme sur Google. Le fait d’acheter de l’espace publicitaire est totalement indépendant du référencement du marchand et de l’apparition de ses produits dans les résultats de recherche. Twenga ne biaise en aucun cas la transparence sur les prix. Retrouvez d’ailleurs l’interview du boss de Twenga sur Vnunet.fr à ce sujet, intéressant.

 

Quelques articles sur le sujet :

Le Monde : La loyauté des comparateurs de prix en ligne mise en doute.

Neteco : La DGCCRF enquête sur les comparateurs de prix  

Yahoo Actualités : Les comparateurs de prix dans la ligne de mire de la répression des fraudes 

Daniel Broche : e-commerce, les comparateurs et la DGCCRF  

Mes autres posts sur le sujet sont disponibles ici : http://nclairembault.typepad.com/main/twenga/index…

 

 

Technorati : , , , , , , , ,

Le patron de Photoways en mal d’aventures ?

Ce n’est pas moi qui le dit, mais au fil de ses derniers billets, Michel de Guilhermier semble vouloir égrenner des indices laissant penser qu’il souhaiterait passer à autre chose ou se lancer dans un nouveau défi d’entrepreneur…

Quelques passages qui peuvent nous mettre la puce à l’oreille :

14 juillet : “Clairement, ce qui m’amuse, c’est vraiment cela : avoir une idée, lancer le concept, bâtir le modèle autour, le faire valider par le marché…puis recommencer ! Je crois que je ne gagne pas grand chose à rester trop longtemps dans la même position, à gérer le quotidien, ou tout du moins je n’optimise absolument pas ce pour quoi j’ai du talent. Et, ce qui n’est pas accessoire, gérer le quotidien m’excite beaucoup moins !

Et cela fait 7 ans maintenant que j’ai crée Photoways…7 ans, le cycle biblique ! 7 ans pendant lequel j’ai semé et resemé, arrosé encore et encore, taillé de nombreuses fois la vigne, et récolté, en partie, avec la grande satisfaction d’avoir créer un leader, le leader du métier en Europe !

10 juillet : “Cette année, je pars avec une sérénité vraiment exceptionnelle et j’avoue que les savoure comme jamais…Explications dans quelques jours !!

04 juillet : “Si Photoways poursuit sa success story, ce dont je ne doute pas un instant, et que je touche un jour quelques dizaines de millions, c’est sans la moindre hésitation et sans aucun haut le coeur que je ferais le chèque à l’Etat.

De même que selon toute probabilité je réinvestirais une partie de ce capital pour fonder une nouvelle société et créer de nouveaux emplois, en France.

Alors, la saga de l’été ? La suite au prochain épisode !

[Edit] j’avais programmé cette note pour demain, mais aujourd’hui un nouveau billet nous laisse entrevoir des révélations pour très bientôt…

Découvrez les noms déposés pour la future chaîne infos française

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’imagination n’était pas au rendez-vous pour trouver le nom de la future chaîne française d’info connue jusqu’à présent sous le nom de code CFII. Voici la liste des noms déposés à l’INPI :

– Adelie
– Avenue 360
– F2I
– France1
– Paris Avenue
– Version Française
– VF
– Zadig

On nous précise aussi que cette liste n’est pas définitive. Ouf !

Via CB News.

Burger King bientôt de retour en France ?

Ce n’est pas moi qui le dit, mais on peut lire sur le Blog du Marketing Alternatif qu’il existe une pétition pour réclamer le retour des fameux burgers en France. Le temps passe vite : Burger King est absent de l’hexagone depuis 1997. Il est plus que temps de rattraper le retard.

Cliquez ici pour signer cette pétition.

Cette opération de marketing viral est-elle entièrement “gratuite”, ou est-elle véritablement commandée par l’enseigne dans le but de “tâter le terrain” auprès de la cible, afin de voir si le retour de la marque sur nos terres serait couronnée de succès. On peut lire en bas de page que le site n’est aucunement lié à Burger King, mais ce n’est peut-être qu’une ruse habile pour tromper le badaud…

Un peu plus de 3000 signatures pour le moment, mais je suis sûr que vous saurez vous unir pour cette grande cause…

Next Page →