Lecture : The Dip, a little book that teaches you when to quit (and when to stick)

41Igw7Mwbtl. Aa240
Je viens de finir la lecture d’un nouvel ouvrage de notre ami Seth Godin, très court, mais riche en enseignements : The Dip, a little book that teaches you when to quit (and when to stick).

Il se lit en très peu de temps et comme toujours avec Seth, il vous met la vérité en face. Je dirais que ce livre traite principalement de la notion de persévérance, dans tous les domaines. Il s’agit de se poser la question suivante : cela vaut-il la peine que je persévère, pour devenir le meilleur dans mon domaine. Ou bien suis-je assis sur une branche morte, et dans ce cas la meilleure chose à faire est d’arrêter immédiatement plutôt que s’entêter.

Cela concerne tous les domaines : un projet, la relation avec un fournisseur ou un client, votre carrière, votre subite passion pour la pétanque…

J’étais content de lire ces affirmations, qui sont également mes réflexions depuis quelques temps : tout va tellement vite qu’il ne faut pas perdre de temps sur les projets à deux balles, avec des collègues incompétents, sur des choses dont vous savez tout de suite qu’elles n’aboutiront jamais etc etc… Il faut savoir arrêter, mettre fin à ces branches mortes sans se soucier d’avoir le dernier mot, ce qui est également une perte de temps et d’énergie. De l’autre côté, l’auteur nous enseigne qu’il faut savoir persévérer quand cela en vaut la peine, quand vous sentez que les efforts seront récompensés.

Cela rejoint également le bouquin de Stephen R. Covey (un must que je vous conseille aussi) : Les 7 habitudes des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Dans ce livre, on y apprend entre autres qu’il y a deux cercles : le cercle d’influence et le cercle des préoccupations. Certaines personnes se plaignent en permanence sur des choses qu’elles ne contrôlent pas, sans rien faire pour changer la situation ; elles sont dans le cercle des préoccupations. D’autres ne disent rien mais focalisent leur attention sur les choses qu’elles peuvent changer ; elles sont dans le cercle d’influence. Il faut en permanence avoir l’esprit focus sur ce cercle d’influence.

Pour revenir au livre de Seth Godin, je ne sais pas comment traduire la notion de Dip. En gros on peut dire que lorsque vous commencez une quelconque activité, vous obtenez rapidement des résultats. C’est ce qu’on peut appeler la chance du débutant. Ensuite, pour atteindre le niveau des meilleurs, il faut y consacrer beaucoup de temps et de travail. Et c’est là qu’est le dip : dans cette phase très dure et sélective, qui permet de trier les vrais champions. Parfois cela vaut la peine de persévérer car la récompense de traverser le dip est mille fois plus grande que les sacrifices consentis. Le fait d’être champion met les projecteurs sur vous et cela compense largement vos efforts. Parfois, il faut savoir quitter (to quit) AVANT d’entrer dans le dip. C’est à dire dès le début savoir repérer que quels que soient les efforts fournis, vous ne serez jamais le champion, c’est à dire que votre travail sera en pure perte. Il faut avoir la force et la volonté de quitter.

Il nous apprend que les meilleurs sont ceux qui savent identifier les choses qui ne méritent pas d’investissement, c’est à dire savoir quitter, mais toujours avant d’entrer dans le dip. Les meilleurs quittent en permanence, pour se recentrer sur les projets et actions sur lesquels ils sont les plus efficaces, et avec le plus grand retour sur investissement.

J’aime bien ce genre de philosophie à l’américaine (ça vous fait marrer dans le fond?), faite d’évidences, mais qui, couchées sur le papier (je suis poète ce soir), donnent un tout autre reflet et vous font réfléchir.

Vous avez lu ce bouquin ? Qu’est ce que vous en pensez ?

Au passage, je vous recommande la lecture du blog de Seth Godin.

Technorati Tags: , ,

Be Blue Cat, mes impressions sur le livre

Blue_cat_3

Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous parlais de Be Blue Cat, un livre qui m’a été suggéré suite à une note sur la Vache Pourpre.

Depuis, j’ai –enfin– lu ce livre. Je dois dire que je reste un peu sur ma faim. En effet, je m’attendais à ce qu’il nous donne certaines clés sur les gens Blue Cat, avec une analyse des phénomènes et autres considérations marketing. Avant d’aller plus loin, précisons que le terme “Blue Cat”, employé à tout bout de champ dans le livre, signifie tout simplement “cool”, je crois que c’est la définition qui s’en approche le plus. En résumé, il s’agit des gens qui ne font pas comme les autres, qui sont précurseurs, ou influenceurs, pour sacrifier à la terminologie blogs.

Déçu donc. Déçu de constater que le bouquin se contente de nous dire qui est “Blue Cat” et qui ne l’est pas. Tout le monde y passe : personnalités, marques, concepts… Le livre ne fournit pas un seul élément d’analyse sur la création de tendance, le succès des produits différents, les évolutions du marketing… Il s’agit d’une liste très démago et pensée unique qui nous dit : machin est blue cat, par contre bidule se fait passer pour un blue cat, mais c’est un chagris (mouais), truc n’est pas du tout blue cat, contrairement à ce qu’on pense… Bref, cela devient assez vite lassant. Heureusement que la police de caractère est énorme, la lecture est d’autant plus rapide.

En fait, ce livre est tout sauf blue cat. D’abord car il copie le concept de Seth Godin, avec un titre étrangement ressemblant. Ensuite, parce que les auteurs assènent des vérités qui leur sont propres, et s’octroient le droit de décider qui est cool et qui ne l’est pas. Enfin, parce que ce bouquin ne nous apprend rien ou presque. Sinon à se méfier des bouquins pipeaux !

Au final, si j’ai trouvé à la base l’idée très bonne de distribuer gratuitement le livre, je me demande si ce n’était pas tout simplement pour tenter de lui trouver des lecteurs d’une façon un peu facile. C’était oublier que les blogueurs sont bien souvent des blue cats et ne s’amadouent pas simplement en leur donnant un produit gratuitement. C’est aussi cela le marketing nouvelle génération.

Ce que j’aurais apprécié dans un tel bouquin :

un ton neutre et un peu de recul. Ici les auteurs s’enflamment parfois et se lâchent avec un air vengeur en nous déclarant qu’untel est un râté et qu’un autre est génial, mais eux seuls le savent. Je n’ai pas aimé cette approche très élitiste, et pas très modeste.

davantage d’analyse et de réflexion. Ici, le livre est une sorte de catalogue mi-people, mi marketing. Il n’y a pas de cheminement, de structure…

des idées nouvelles en termes de marketing, d’approche du consommateur, de sociologie…

Amazon ou la fortune à portée de clic

Je viens de réaliser une vente sur Amazon via mon blog : c’est La Vache Pourpre qui a trouvé preneur. Je me vois donc gratifié de 58 centimes pour cette vente, yeah ! Manque plus que 2 centimes et je peux vous payer un café à la pause. Un clic sur un adsense, et mon café est dans la poche !

Lancement de Ask France : une soirée à 200 NIB hier

Ask

Hier soir, c’était le lancement de Ask France, moteur de recherche anciennement connu sous le nom de Ask Jeeves. Il a fait parler de lui récemment avec le rachat de Bloglines. Ravi d’avoir pu discuter avec Ludovic Lecomte (retrouvez ici son interview sur le jdn), qui s’attelle à la lourde tâche de diriger la filiale française. Je ne sais pas si vous allez atteindre votre objectif d’être dans le duo de tête des moteurs de recherche dans un avenir proche, mais c’est tout le mal que je vous souhaite !

Mais plus important pour moi était la passionnante discussion que j’ai eu la chance d’avoir avec Chine Lanzmann et Laurent Edel, auteurs de “Gagner sa vie en se faisant plaisir, 200 Nouvelles Idées de Business pour devenir entrepreneur de sa vie”. Pour vous la faire courte, ils ont fait le tour du monde pour nous ramener des NIB (Nouvelles Idées de Business) des quatre coins du monde. On a parlé blogs, recrutement, zlio, des nouveaux trucs qui font que le web redevient excitant depuis un an ou deux, mais aussi des courses en ligne. Enfin bref, très rafraîchissant !

NIB

D’ailleurs je me rends compte que je parlais de NIB dans cette note déjà. J’espère que cela va rentrer dans le language courant, ce serait une bonne nouvelle.

Pour info, nos deux globe-trend-sniffers (je sens que je viens d’inventer un mot là!) étaient chacun créateurs dans l’âme avant d’écrire deux bouquins sur le sujet. Chine Lanzmann avec un site internet féminin ; Laurent Edel avec Republic Alley, célèbre incubateur de start-ups à la grande époque.

En savoir plus :
Le blog de Chine Lanzmann
Good Futur, la société de Laurent Edel, sans oublier le blog qui va avec ! Il avait cessé d’émettre pendant un an, et il a repris il y a quelques temps, je le remets dans mon agrégateur.

Be Blue Cat : recevez le livre gratuitement !

Blue_cat_2

Suite à une note sur La Vache Pourpre, le bouquin de Seth Godin, gourou du marketing online, Christelle Alexandre me suggérait en commentaires de lire Be Blue Cat, livre sur le même thème : être différent et se faire remarquer. Cela concerne aussi bien les entreprises que les individus. Pour le titre, je ne sais pas lequel a copié l’autre, vous demanderez aux auteurs respectifs.

Merci de m’avoir signalé que ce livre peut être envoyé gratuitement, sur simple demande ! Je l’ai reçu il y a quelques jours. Pour info, le livre est à 13€ sur Amazon. [MAJ] On m’indique en commentaires que j’ai oublié de donner le mail, le voici : l.duplessis [at] highco.fr. Merci Olivier.

Plus d’infos :

Google Print, mais comment ils font au juste ?

Merci à Clubic qui nous explique comment Google s’y prend pour numériser les millions de pages pour son projet Google Print. Pour ceux du fond qui n’auraient pas suivi, il s’agit de faire une sorte de giga bibliothèque en ligne, permettant à chacun de faire des recherches dans les livres. Pour cela, il faut "scanner" les pages des livres, ce qui représente une colossale somme de travail.

Allez donc voir ce dossier passionnant. Il vous permettra de voir comment se passe cette fameuse numérisation, via des machines ultra perfectionnées. Il nous éclaire sur les enjeux derrière cette polémique. En effet, quand on le voit sous l’angle de la conservation des archives, Google n’est plus le vilain pilleur des droits d’auteur, mais bel et bien le grand sauveur. Pas si simple comme débat, certes Google veut proposer du contenu gratuit, mais in fine, donner accès la culture, n’est-ce pas aider les auteurs en propageant leurs écrits et idées ?

La numérisation d’un support papier "brut" nécessite un nombre d’opérations et de manipulations incroyable : acheminement des ouvrages, leur stockage, passage dans les machines adéquates, transmission des données, vérification… Gageons que les process vont s’améliorer rapidement dans un proche avenir, car à la vitesse actuelle, on prévoit environ 300 ans à Google pour numériser l’intégralité des ouvrages présents sur cette terre !

Kirtas_2

Source : Ratiatum

Le Kelbook aujourd’hui en librairie

Toute la blogosphère est au courant, deux compères blogueurs ont raconté la sucess story de Kelkoo, créé entre autres par Pierre Chappaz.

Pour rappel, le bookin sort aujourd’hui dans les librairies. Amusant : le moteur de recherche d’amazon ne propose aucune réponse quand on tape "kelbook", j’espère que cela ne va pas trop leur faire rater de ventes, vu que c’est le nom officieux du livre sur le web. Dommage que personne n’y ait pensé.

Blog officiel du Kelbook

Blogs des auteurs :
- Cyrille de Lasteyrie
- Julien Codorniou

Who’s There? Le e-book de Seth Godin sur les blogs

Whos_there

Seth Godin, gourou du marketing sur internet (il a inventé le concept de Permission Marketing), vient de publier un nouvel e-book. Il se veut être un guide pour le blogging et l’Internet 2.0.

Téléchargez-le à partir de son blog !

Le Journal de Max : le livre !

Couvmax2

Le fameux Journal de Max, celui qui a tant défrayé la chronique ces derniers mois, avant de s’éteindre brusquement, est de retour!

Autoproclamé "premier roman-blog de l’histoire", le blog ressort sous forme de livre dès le 12 septembre.

Bientôt un livre sur les applications marketing du RSS!

Le célèbre format de référence pour la syndication de contenu –le RSS– est depuis plusieurs mois déjà sous les feux des projecteurs. On peut cependant déplorer que tout le potentiel marketing du RSS est bien souvent mis de côté, pour parler exclusivement ou presque de ses apports sur le plan technique.

Mediatic nous annonce qu’un livre explicitement nommé "RSS, un nouvel outil pour le marketing" sortirait en octobre prochain (espérons qu’il sortira effectivement à la date annoncée par Amazon, contrairement à Blog pour les Pros).

← Previous PageNext Page →