Switch : découvrir le Mac

Packaging

Alors là on frôle l’oeuvre d’art. Je savais déjà à quoi m’attendre pour en avoir vu des photos sur le web, mais il faut bien reconnaître qu’Apple est un maître incontesté en la matière. Ceux qui possèdent un iPod ont un avant goût de ce qu’est un packaging qui frise la perfection, un vrai cas d’école dans le cas du MacBook Pro.

La boîte est super compacte, en l’ouvrant on tombe sur une grande protection en polystyrène puis sur l’ordinateur lui-même, caché derrière une protection en plastique. Sous celui-ci, vous trouvez une petite boîte comprenant la mention « Designed in California ». Pour les photos, je vous renvoie à ce compte flickr, je ne vous cache pas que j’avais autre chose en tête que de prendre des photos à ce moment…

Ce qui frappe dans tous les aspects du packaging, c’est vraiment le souci du détail et du design, jusque dans l’emballage, qui est destiné à être jeté. Je pense que c’est loin d’être inutile, cela créé un vrai environnement, qui doit rendre difficile le retour en arrière, vers des produits « normaux ».

Installation

Ce chapitre va être vite expédié, puisque l’installation se déroule vraiment en trois minutes, et encore. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’appuyer sur le bouton de mise en marche est un grand moment, mais presque. Quelques secondes plus tard, on se retrouve devant un gros carré si je me souviens bien. On est alors invité à rentrer son nom, son adresse mail, mais aussi à choisir si c’est son premier mac ou non et si l’on veut transférer les données en provenance d’un autre mac. Cette fonction ne me concerne pas (pas encore du moins), mais je trouve soit dit en passant que c’est une riche idée, comme dirait Monsieur Manatane.

Cette étape est intéressante en termes de marketing et d’expérience utilisateur. On ne me parle pas un seul instant de drivers, d’installation, ou autres éléments pour informaticien. On me parle usage, on me parle loisirs, et surtout on me demande dès le début ma langue et jamais plus je ne verrais un mot anglais (sauf pour de très rares logiciels, d’ailleurs je me rends compte que je n’ai pas à régler la langue en installant des logiciels américains, je pense qu’ils détectent la langue du mac et s’adaptent).

Précision importante : preuve supplémentaire de l’intégration totale entre software et hardware, le système d’exploitation est déjà installé quand on allume la machine pour la première fois. Les CD fournis servent juste de back up en cas de besoin de réinstallation. Cela paraît tout bête mais le gain de temps est vraiment appréciable. Les utilisateurs de Windows savent qu’il y a toujours des impondérables lors de l’installation de Windows, même en respectant scrupuleusement les instructions.

Au final et en prenant mon temps, je suis opérationnel quasiment tout de suite. Il n’y a rien à régler. Si le besoin s’en fait sentir, tous les paramètres sont groupés et accessibles au même endroit, avec des réglages super intuitifs et efficaces. Point amusant : quand vous allez dans les préférences systèmes et tapez quelque chose dans l’aide, les « rubriques » concernées sont automatiquement mises en valeur au fur et à mesure de la frappe. Dur à expliquer mais impressionnant.

Premières impressions lors de la prise en mains

Ce qui surprend au premier abord, c’est la compacité de l’ordinateur (pour un 15 pouces). Lors du « déballage » je n’ai pas mon ordi pro sous la main mais il est clair qu’il est largement plus volumineux, que ce soit en largeur, hauteur ou épaisseur. Dans le même ordre d’idée, le poids est aussi un facteur assez déroutant.

Pour l’utilisation proprement dite, les éléments qui « dérangent » ou surprennent au départ sont la navigation avec les fenêtres, le feeling clavier et souris et surtout l’emplacement des touches sur le clavier. Après une semaine, je ne me suis pas encore plongé dans les raccourcis clavier, ça va venir. Autre chose pas évidente à deviner : comment installer un logiciel. Habitué de Windows, j’ai passé pas mal de temps à chercher comment installer un logiciel, alors que c’est ultra bête, il suffit de faire glisser l’icône dans le dossier « applications », c’est tout!

Sinon ce qui me frappe par rapport à mon portable professionnel, c’est l’absence totale de bruit. Le ventilateur se met vraiment en marche dans les cas exceptionnels, comme par exemple lors de l’import de mes 18Go de photos. Mais sinon, pas un seul bruit, contrairement à mon portable pro qui est pourtant très récent. Si ce n’est pas très grand chez vous, que vous n’êtes pas seul et un habitué des séquences nocturnes, croyez moi c’est très appréciable!

Pour finir sur les premières impressions, on s’habitue immédiatement à toutes les touches de fonction (touches F1 à F12), en se demandant comment on faisait avant : réglage du son, du rétroéclairage clavier, de la fonction Exposé…

Technorati Tags: , ,

Switch : expérience d’achat sur l’Apple Store

J’ai décidé de commander à distance, via l’Apple Store, pour une raison principale : le choix du modèle. En effet, je me suis décidé pour un MacBook Pro, en version écran brillant. En standard, ce modèle est avec un écran mat, mais je préférais un écran du type de ceux qu’on retrouve sur les MacBook. L’Apple Store est l’unique endroit pour trouver le MBP en écran brillant, que je préfère pour son meilleur rendu des couleurs pour les fonctions photos vidéos etc. Entre parenthèses je vous le conseille vivement.

Pour m’assurer que la livraison se ferait dans de bonnes conditions (heure de livraison, laisser à la gardienne etc), j’ai passé ma commande par téléphone. J’ai été surpris devant la qualité de l’accueil. Rien à voir avec une hotline de type FAI ou opérateur téléhonique. A vrai dire, je n’ai jamais eu affaire à une personne aussi « compétente » et efficace en termes de service client, même en comparant avec des vendeurs de la Fnac (qui ne sont jamais au courant des nouveaux produits et dont la seule valeur ajoutée est de nous préciser si le produit est en stock chez eux ou pas).

Ici, la personne me demande si c’est mon premier Mac et me propose des conseils ; me demande si c’est pour une utilisation dans le cadre perso ou non etc. Suite à la commande, elle m’envoie un mail avec ses coordonnées (mail et téléphone) directe.

Au final, une excellente impression, entre sérieux et convivialité. L’achat d’un écran Dell accompagné de divers échanges avec le service téléphonique ne m’avait pas laissé aussi bonne impression à l’époque, loin de là…

Pour un premier contact avec la marque, qui est je pense très important, c’est une excellente surprise. Le seul point noir est que cela augmente d’autant l’attente!

Ensuite, vous avez comme sur tous les sites marchands une interface de suivi de votre commande. Pour les impatients ou ceux qui veulent plus de détails, ce site permet aussi de suivre votre commande Apple Store.

Dernière précision : ne pas tenir compte des délais annoncés par l’Apple Store, ils indiquent seulement la date à partir de laquelle votre commande sera expédiée (et non reçue). Or tout part de Chine, compter donc une semaine supplémentaire. Au final, deux semaines et un jour dans mon cas.

Technorati Tags: , , ,

Switch : avant l’achat

Ma décision remonte à il y a plusieurs mois en fait. Passant réellement beaucoup de temps sur ordinateur, c’est une décision que l’on repousse toujours, car il faut remettre en question ses habitudes. D’autre part, pour tout vous dire, je suivais attentivement les rumeurs autour de la sortie d’un ultraportable et j’avais décidé d’attendre soit la sortie de celui-ci soit celle de Leopard, la nouvelle version du système d’exploitation Mac OS X.

Puis ces derniers mois, apprenant le décalage de la sortie de Leopard à l’automne et les rumeurs sur l’ultraportable qui parlaient surtout du premier semestre 08, je me suis dit qu’il était urgent de ne plus trop attendre, surtout que les macs ont une très bonne côte en occasion, me laissant donc la possibilité de revendre vite en cas de sortie inopinée du nouveau. La sortie des derniers Macbook pro avec un processeur plus rapide et surtout les écrans LED a accéléré ma décision.

Revenons à nos moutons. Plusieurs aspects nourrissent la réflexion autour du switch, voici ceux qui me concernent.

Le marketing et l’identification aux produits
Il faut bien reconnaitre qu’Apple excelle dans le marketing et le buzz autour de ses produits. Evoluant professionnellement dans le milieu internet et étant blogueur (moins assidu que d’autres mais blogueur quand même), il faut bien dire que les macs sont assez répandus et les commentaires de Mac addicts que l’on peut relever sur le net ont tendance à faire saliver et donnent envie de découvrir ce nouveau monde mystérieux, où tout serait beau et simple. Peut-être que peu de gens vont le reconnaître, mais acheter un mac c’est aussi entrer dans une communauté, et arriver à ce stade pour une marque est un gage d’excellence, rien moins que cela. On est un peu dans le même esprit, mais dans une moindre mesure, avec les produits Nespresso.

Des produits User friendly
Une de mes principales demandes à l’égard du switch. Être enfin débarassé de tous ces bugs et plantages de windows, de ces installations compliquées, de ces ordinateurs qui deviennnent trois fois plus lents au bout de quelques mois. Bref vous voyez ce que je veux dire.

Le design
J’ai toujours été très porté sur les gadgets et le design fait partie, voire est mon principal critère d’achat. Ou plutôt non, ce n’est pas exact, c’est l’inverse. Je ne choisis pas un objet par son design, je choisis d’abord en fonction de ses caractéristiques. En revanche, si pour un usage donné je ne trouve pas de produit qui satisfasse mon goût en termes de design, je préfère ne rien acheter que de prendre le produit super performant mais moche.
En l’occurrence, les produits Apple sont une référence de design. Je partage largement le point de vue de Michel de Guilhermier sur le design et le plaisir d’utilisation d’un produit et pour reprendre ses termes je ne suis en aucun cas « price sensitive » quand le design est en jeu. Voir ici ses billets sur Apple.
Pour ce qui est des ordinateurs, étant un gros utilisateur, je pense que c’est un véritable plus que d’utiliser une machine à regarder, d’autant plus qu’on doit passer beaucoup d’heures avec.
Le design est donc un des éléments qui me faisait penser depuis longtemps à passer sous mac. Il est peut être nécessaire de le préciser, mais quand je parle design j’inclus bien sûr le design de l’interface et du système d’exploitation, domaine ou Apple excelle également.

Le multimédia
J’ai oublié de le préciser, mais -pour le moment du moins- ce switch ne concerne que mon utilisation personnelle, je n’utilise pas le mac dans le cadre professionnel. Un de mes souhaits est de pouvoir gérer les photos, les films et la musique de façon simple, efficace et fun, sans avoir à me prendre la tête avec une interface pensée par des boutonneux pour des boutonneux (je vais pas me faire de potes avec cette phrase moi encore). Là aussi, Apple est super fort pour créer des interfaces centrées utilisateur. C’est un termes marketing les plus pipeau actuellement, mais c’est une des seules marques tous domaines confondus qui en fait une réalité. Et cela ce sent dans tous les aspects du produit, j’aurai l’occasion d’y revenir.
Ma priorité : avoir une utilisation conviviale, pouvoir monter des films sans faire un stage d’été chez Spielberg et graver un DVD sans passer la nuit à installer des drivers et patches dans tous les sens. Bref, quelque chose qui soit pensé pour l’utilisateur normal, tout simplement.

Le changement
C’est bête à dire, mais passer tout ce temps sur Windows avec ces problèmes à répétition, cela vous mine le moral petit à petit, on s’en rend à peine compte mais quand on travaille toute la journée dessus, l’impact ne doit pas être négligeable.
Tout simplement, passer sous Mac c’était pour moi une occasion d’avoir un peu d’air frais, de changer d’univers et de tester quelque chose de nouveau et différent. Rien à perdre en quelque sorte!

Voilà je crois que c’est en gros les quelques facettes de mes motivations de changement. Voyez-vous des aspects que je peux oublier et que vous souhaiteriez voir traiter ?

Technorati Tags: , ,

Switch : récit du passage sous Mac

En effet, je viens de franchir le pas. Ceux qui me suivent sur Twitter ont sans doute compris avant, j’ai commandé récemment un MacBook Pro et je l’ai reçu cette semaine. Je fais donc mes premiers pas dans le monde du Mac, j’espère vous faire profiter de cette expérience et compte vous parler de tous les aspects de ce changement, du hardware au software. Je vais également essayer de vous donner le plus d’info possible, en évitant la langue de bois et l’exagération que l’on peut souvent rencontrer autour de cette marque mythique qu’est Apple.

Quels sont les éléments qui peuvent intéresser quelqu’un qui souhaite switcher ?

Avant l’achat
1- Pourquoi vouloir changer ? Quels sont les éléments de motivation ?
2- L’expérience d’achat sur l’Apple Store (accueil, délais de livraison, relation client…)

Découvrir le Mac
1- Packaging
2- Installation
3- Premières impressions lors de la prise en mains

A l’usage
1- L’OS
2- La compatibilité logicielle
3- La compatibilité matérielle
4- Le clavier et la souris
5- Transférer ses données du PC au Mac

N’hésitez pas si vous voyez que j’oublie des points ou si vous souhaitez que je traite tel ou tel aspect qui vous semble important.

Technorati Tags: , , ,

Rien de plus simple que d’installer un logiciel sur Mac

Je suis aussi passé par cette phase : mais comment faire pour installer un logiciel sur ce b***l de Mac? On peut tourner en rond pendant 3 heures avant de trouver la solution.

Dans 99% des cas, il suffit simplement de faire glisser l’icône du logiciel sur l’icône représentant les applications, comme ceci :

134067-ff3dmg1

 

Tous mes articles sur le passage du PC au Mac.

Macbook Pro sur le terrain : l’outil idéal pour les conférences

Je ne suis pas super assidu dans ma rédaction de posts sur le switch… J’ai eu l’occasion de tester le Macbook Pro en situation extrême : enchaînement de conférences à Leweb3, avec un signal wifi presque inexistant.

En baissant un peu l’éclairage de l’écran et en coupant le wifi j’ai eu la bonne surprise de constater une excellente autonomie de la batterie : plus de 5h, pas mal.

De plus, un énorme point fort de ce portable dans les conférences est son extrême réactivité pour la mise en veille et sortie de veille : fermez l’écran et il se met instantanément en hibernation. Rouvrez l’écran et deux secondes plus tard vous êtes opérationnel. Du coup, on économise beaucoup de batterie car on peut le mettre en veille dès qu’il n’est pas utile. Un vrai plus, surtout quand on le compare à un PC. Le mien met plus d’une minute à « se réveiller », et si la mise en veille est trop longue il devient lent à mourir (ndlr : d’ailleurs il est mort pour de bon cette fois…). En fait, le Macbook Pro s’utilise comme un vrai carnet, qu’on ouvre et referme selon ses besoins.

Dernier détail pratique : la gestion automatique de la luminosité de l’écran et le clavier rétroéclairé, qui vous permet de rester opérationnel même si la salle est sombre.

Retrouvez ici tous mes posts sur l’expérience de switch Windows vers Mac.

Technorati Tags: ,

Mon nouveau blog, la suite

Pour les nouveaux ici, je précise que j’ai changé de blog il y a quelques semaines (le 26 mars, ça passe vite en fait), passant de Typepad à WordPress. J’ai bien sûr importé les articles depuis la création de ce blog en octobre 2004, mais cela sonne tout de même comme un nouveau départ, je recommence tout à zéro, ou presque.

J’ai un peu tatonné avec différents templates, celui-ci est pas mal mais ne me convient pas encore tout à fait. Je suis prêt à payer pour trouver un template vraiment pro, facilement modifiable et à 3 colonnes.

Dernièrement, mon page rank est passé de 0 à 4, ce qui est assez satisfaisant, sachant que mon premier blog avait un PR de 5. D’ailleurs je pense que j’ai perdu l’effet des lemeurisation et autres citations en provenance de sites et blogs un peu importants. C’était l’époque du boom des blogs, qui coïncidait avec ma recherche d’emploi, j’avais alors eu pas mal d’articles suite à mon recrutement chez Houra.fr grâce à mon blog. Soit dit en passant, je connais maintenant l’importance de l’adage qui conseille de surfer sur la vague. Désormais les appels de journalistes se font plus rares malheureusement… [cela m’inspire l’idée d’un post sur le blog comme une course de fond et non comme un sprint, je la mets de côté].

Tout cela pour dire que je ne me sens pas encore totalement chez moi sur ce blog. Les widgets commencent à fleurir ici et là, mais il est encore en construction on va dire. Une des grandes inconnues est de savoir si mes lecteurs ont fait le switch ou si j’en ai perdu en cours de route. Difficile à estimer. Toujours est-il que mes stats sont assez tristes : je dois avoir moins de 60 VU/jour alors que je tournais à plus de 150 sur mon ancien blog. Ok ce n’était pas beaucoup non plus. Mais là encore, je pense [encore une idée de post] que l’audience n’est pas un critère suffisant sur les blogs. Il vaut mieux une faible audience qualifiée qu’une très large mais composée d’internautes qui passent par hasard.

Pour booster cette audience, je dois sans doute mettre en place une vraie stratégie de come back, c’est à dire par exemple :

– systématiser la présence de l’url de mon blog dans les signatures de mail et dans la messagerie instantanée (j’utilise gtalk et msn)

– laisser davantage de commentaires sur les blogs. J’ai tendance à en lire beaucoup, sans prendre la peine de donner mon avis sur les articles intéressants. A reprendre.

– installer deux ou trois plugins WordPress sympas pour optimiser le référencement et donc le trafic.

– me forcer à faire soit des notes de fond différenciantes, soit accroître la fréquence de publication, soit les deux (plus dur)

– me référencer à nouveau dans les divers annuaires de blogs et flux RSS ? J’ai l’impression que c’est devenu de plus en plus obsolète et je doute de l’efficacité.

Marrant en tout cas de « repartir à zéro », cela donne une nouvelle fraîcheur. Encore faut-il trouver le temps de s’y mettre ou remettre avec les bouchées doubles.

Et vous, quelle est votre expérience lors d’un changement de blog ? Avez-vous gardé votre lectorat et vos stats ? Par quels moyens ?

Les 10 défis d’Apple en 2007

A l’heure des bilans sur 2006 ou des prédictions sur 2007, j’ai trouvé un billet intéressant : il résume les 10 grandes questions auxquelles devra répondre Apple cette année. Les voici :

10. Est qu’Apple est prêt à rentrer dans la compétition sur deux nouveaux marchés (le home cinéma et la téléphonie) ?

9. Est-ce que .mac existera encore en 2008 ?

8. Est-ce que le switch sur la plateforme Intel a été bénéfique du point de vue des fournisseurs et des éditeurs de logiciels ?

7. A quoi Apple peut attribuer le boom des ventes d’ordinateurs en 2006 ?

6. Que va faire Apple de son nouveau campus à Cupertino ?

5. Mac OS X est devenu l’OS indispensable pour tester toutes les plateformes. Est-ce qu’Apple va exploiter cela ?

4. Dans quelle direction Apple va aller concernant le design ?

3. Comment réinventer le concept iPod ?

2. Que mijote Apple avec Google ?

1. Est-ce qu’Apple peut avoir autant de succès si Jobs est mis à l’écart ?

 

A vos copies !

Google Reader en passe de supplanter Bloglines ?

Google Reader vient d’évoluer, une nouvelle version est apparue il y a quelques jours. Elle comble beaucoup de lacunes de ce lecteur de flux RSS online.

Pour découvrir tout ce qu’il apporte de nouveau, le mieux est sans doute de laisser la parole à Matt Cutts, le plus célèbre des blogueurs de Google, leur Robert Scoble à eux en somme. D’après les divers posts sur le sujet, il semble que la grande majorité des utilisateurs de bloglines soient convaincus par cette mouture de Google et ont fait le switch.

Thibaut Bayard en parle également sur cette note.

Pour ma part, j’aime bien certains éléments, qui sont de grands pas en avant par rapport à l’ancienne version :
– possibilité de classer les flux dans plusieurs catégories
– les flux sont marqués comme lus au fur et à mesure du scroll => surement la plus grosse innovation
– il semble éviter les dupplicatas, c’est à dire les posts qui réapparaissent, juste parce qu’un mot a été édité
– interface moderne et claire, à la Google

Par contre cela reste tout de même relativement lent. Je reste convaincu de la supériorité des lecteurs de bureau (j’utilise Feeddemon, qui se synchronise entre plusieurs ordinateurs et même entre PC et Mac, son équivalent étant NetNewsWire).

Feedburner comme flux par défaut dans votre blog Typepad

Typepad et Feedburner lancent leur partenariat en France, après avoir été annoncé il y a peu aux USA. Concrètement, vous pouvez désormais mettre votre flux feedburner comme flux par défaut dans votre blog Typepad, c’est une excellente nouvelle.

D’abord parce que cela permet aux blogueurs Typepad d’avoir enfin des stats sur la consultation de leur flux RSS, et ensuite parce que les flux Feedburner offrent des fonctionnalités supplémentaires, par rapport à un flux classique.

J’ai relié depuis hier mon flux RSS “de base” à Feedburner et aujourd’hui je me rends compte que le nombre d’abonnés est passé de 45 à 113 ! Le gap entre ces deux chiffres doit représenter les personnes inscrites à mon flux classique, avant que je ne passe sous Feedburner.

Feedburner_nicolas

Autre possibilité super sympa avec Feedburner : même si vous ne lisez pas de flux RSS, vous pouvez vous abonner pour recevoir de façon automatique le contenu de vos blogs préférés. Il s’agit de l’inscription par mail, en haut à gauche de ce blog. Je pense que cette fonction va permettre à beaucoup de personnes de lire de plus en plus de blogs et peut-être de switcher par la suite vers l’utilisation du RSS.

Next Page →