Be Blue Cat, mes impressions sur le livre

Blue_cat_3

Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous parlais de Be Blue Cat, un livre qui m’a été suggéré suite à une note sur la Vache Pourpre.

Depuis, j’ai –enfin– lu ce livre. Je dois dire que je reste un peu sur ma faim. En effet, je m’attendais à ce qu’il nous donne certaines clés sur les gens Blue Cat, avec une analyse des phénomènes et autres considérations marketing. Avant d’aller plus loin, précisons que le terme “Blue Cat”, employé à tout bout de champ dans le livre, signifie tout simplement “cool”, je crois que c’est la définition qui s’en approche le plus. En résumé, il s’agit des gens qui ne font pas comme les autres, qui sont précurseurs, ou influenceurs, pour sacrifier à la terminologie blogs.

Déçu donc. Déçu de constater que le bouquin se contente de nous dire qui est “Blue Cat” et qui ne l’est pas. Tout le monde y passe : personnalités, marques, concepts… Le livre ne fournit pas un seul élément d’analyse sur la création de tendance, le succès des produits différents, les évolutions du marketing… Il s’agit d’une liste très démago et pensée unique qui nous dit : machin est blue cat, par contre bidule se fait passer pour un blue cat, mais c’est un chagris (mouais), truc n’est pas du tout blue cat, contrairement à ce qu’on pense… Bref, cela devient assez vite lassant. Heureusement que la police de caractère est énorme, la lecture est d’autant plus rapide.

En fait, ce livre est tout sauf blue cat. D’abord car il copie le concept de Seth Godin, avec un titre étrangement ressemblant. Ensuite, parce que les auteurs assènent des vérités qui leur sont propres, et s’octroient le droit de décider qui est cool et qui ne l’est pas. Enfin, parce que ce bouquin ne nous apprend rien ou presque. Sinon à se méfier des bouquins pipeaux !

Au final, si j’ai trouvé à la base l’idée très bonne de distribuer gratuitement le livre, je me demande si ce n’était pas tout simplement pour tenter de lui trouver des lecteurs d’une façon un peu facile. C’était oublier que les blogueurs sont bien souvent des blue cats et ne s’amadouent pas simplement en leur donnant un produit gratuitement. C’est aussi cela le marketing nouvelle génération.

Ce que j’aurais apprécié dans un tel bouquin :

un ton neutre et un peu de recul. Ici les auteurs s’enflamment parfois et se lâchent avec un air vengeur en nous déclarant qu’untel est un râté et qu’un autre est génial, mais eux seuls le savent. Je n’ai pas aimé cette approche très élitiste, et pas très modeste.

davantage d’analyse et de réflexion. Ici, le livre est une sorte de catalogue mi-people, mi marketing. Il n’y a pas de cheminement, de structure…

des idées nouvelles en termes de marketing, d’approche du consommateur, de sociologie…

Related posts:

  1. Be Blue Cat : recevez le livre gratuitement !
  2. Bientôt un livre sur les applications marketing du RSS!
  3. Excellent exemple de marketing! Un faux livre
  4. Le Journal de Max : le livre !
  5. Le Journal de Max, le livre pour bientôt?

Comments

  • http://www.oliviervaunois.info/ olivier

    J’avais commandé le livre suite à la lecture de ta note… et n’ai jamais réussis à le finir…

  • http://pem.blogspirit.com Cédric

    Le blue cat ? c’est un bar à hotesses dans le 8 ème, pas de quoi fouetter un chat ! ok elle est facile…

  • http://www.web-analytique.com Adrien

    Olivier > Idem

    Sinon pour aller plus loin : http://www.bebluecat.com/

  • Pingback: Nicolas Clairembault reporter AgoraVox

  • http://www.marketingrama.com Emmanuel Fraysse

    Comme indiqué à l’époque, je me suis fait chourrer mon exemplaire de « Be blue cat » avant son arrivée dans ma boite aux lettres. En revanche, j’ai lu « La vache pourpre » avec avidité et intérêt!

  • http://www.nclairembault.info Nicolas Clairembault

    Emmanuel, tu veux que je te l’envoie ?

  • Christophe

    Pareil. J’ai trouvé ce livre très moyen.

  • Christophe

    Pareil. J’ai trouvé ce livre très moyen.