Un peu de lecture, ça ne peut pas faire de mal !

Jai_trouv_quatre_emplois_en_deux_jours_1

Au hasard de recherches dans une librairie, je suis tombé sur ce bouquin qui a attiré mon attention : décidément, celui là il est pour moi !

Je ne résiste pas à l’envie de vous retranscrire ici le dos dudit ouvrage, car cela ne manqua pas de m’amuser : « J’ai 45 ans, une famille. J’aime la nature, le sport. Mon revenu annuel est de 170 000 €. J’aurais pu mener une vie tranquille… Mais comme des millions de Français, je nous pressens un avenir difficile. J’ai donc choisi l’action. Pour que les choses changent. A commencer par le chômage. J’ai voulu montrer que ce n’est pas une fatalité. De l’emploi il en existe en France. J’ai fait ce pari. Je l’ai gagné. Pour redonner l’espoir à chacun. Pour la réussite de tous. »

J’adore !

Bilan après lecture : Comme on pouvait s’y attendre, l’auteur a réussi son pari bien sûr, mais il s’agit d’emplois peu qualifiés (serveur dans un restaurant, homme d’entretien dans une discothèque…). Reconnaissons tout de même l’intérêt de l’exercice. A part ça, le livre évoque surtout les maux du chômage et donne des solutions de bon sens pour trouver un emploi.
Dans deux jours je vous dis si ça marche…

Related posts:

  1. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? 6 versions pour le futur Windows Seven
  2. Mort de Patrick Swayze : ça peut faire gagner des followers
  3. Offres d’emploi à faire passer : Commercial / Distribution
  4. Candidat du mois : l’heure de faire le point
  5. Peut-on vivre de son blog?

Comments

  • http://www.guidemploi.com Jérôme Simphal

    Bonjour Nicolas,

    Je te conseille également ce livre à paraître :-)

    «On vous rappellera, on vous écrira»
    On vous rappellera. Une bac+5 dans la jungle du recrutement, tel est le titre d’un ouvrage à paraître prochainement, écrit par une jeune diplômée sans emploi depuis trois ans, Sophie Talneau, ancienne élève de l’Ecole supérieure de commerce de Nantes. Elle raconte «dans un livre drôle et vivant la jungle des entretiens de recrutement», souligne Le Nouvel Observateur. Ce livre, ajoute l’hebdomadaire, nous fait prendre conscience que même les jeunes diplômés des écoles les plus prestigieuses peuvent être confrontés à la «galère». La jeune fille tient des propos assez critiques sur les recruteurs : «Ils ont tellement peur de se tromper qu’ils n’écoutent pas bien les candidats. Et comment s’intéresseraient-ils à une fille au chômage depuis plus d’un an ? A ce stade, quoi qu’on fasse, on devient suspect, on est un cas.»
    (Le Nouvel Observateur, p66, Anne Fohr, 03/02/2005)

    Bonne vent à toi,

    Jérôme